Banana Tragédie crée des performances et des événements. Nous inventons de nouvelles manières de rassembler pour raconter et écouter des histoires. Ici, vous découvrez nos expériences et notre laboratoire de curation. 🍌


































Banana Tragédie est un collectif de création de performances et d’événements.


Nous inventons de nouvelles manières de rassembler pour raconter et écouter des histoires.

La rencontre entre le récit et tous les dispositifs, formats et situations qui peuvent le réinventer est le point de départ de nos explorations.



🍌tout a une fin, sauf la banane qui en a deux.                        





Collectif

Le collectif produit et diffuse des projets collectifs ou individuels qui ont pour point commun leur caractère hybride et leur rapport décalé à la narration.

Le collectif multiplie les rencontres entre les disciplines pour imaginer de nouvelles formes de narration. Pour chaque projet, des artistes croisent leurs pratiques et en explorent la porosité: arts visuels, ondes sonores, lettres, théâtre, design et pour tous: curiosité. Banana Tragédie travaille sur plusieurs projets correspondant à différents formats, publics et situations: spectacles jeunes et tous publics, vidéo-mapping dans l’espace public, performances et ateliers participatifs.


La coordination des projets et la programmation des événements sont assurés par Laetitia Troussel et Joséphine Hurtut, duo fondateur du collectif.



Banana Circus

Les productions du collectif sont régulièrement rassemblées et développées à l’occasion des Banana Circus. Les Banana Circus sont des événements co-construits par plusieurs artistes invités qui font se rencontrer leurs pratiques pour répondre à deux enjeux de programmation: proposer une nouvelle manière de raconter et créer de nouveaux parcours de spectateur.








MANITOU


MANITOU est une performance de narration immersive mêlant vidéo-projection et musique électronique imaginée par trois artistes désirant réactiver la pratique du conte et de l’oralité. En faisant se rencontrer une esthétique issue des cultures numériques et l’intemporalité de la parole contée, elle invite à un voyage à travers les récits.


Dans un espace plongé dans la pénombre, le public entre dans un univers immersif créé par des ondes sonores et la vidéo-projection au sol, mur et plafond de visuels abstraits. Dans l’espace ainsi créé, la conteuse déambule, le traditionnel “Il était une fois” dialogue avec les ondes et les pixels: le récit commence. En détournant le traditionnel rapport frontal à l’écran, à la figure du conteur et aux représentations figuratives, MANITOU explore les nouvelles manières d’écrire, de raconter et d’écouter.


Le spectacle s’adresse au jeune et tout public. Il déroule un récit de 45 minutes composé de quatre contes qui nous parlent du monde et de nous-même. Parmi les thématiques abordées: l’environnement, le deuil, la naissance du monde, la beauté des choses, l’amour: un cheminement entre les piliers du conte et les sources de réflexion actuelle.


Ecouter un extrait du spectacle.

Lien vers le dossier de présentation.


Spectacle jeune et tout public, durée 45min.


Musique: Joséphine Hurtut (Ioio)

Plume & voix: Laetitia Troussel

Visuels: Simon Lazarus 84


2019, 2020: Festival 100% Villette Makerz (75), Festival les Enfants font leur cinéma (cinéma le Trianon) (93), La P’art Belle (56), Festival d’Aurillac (15), Banana Circus #1 et #3 (93), Château Ephémère en résidence (78)


A venir: Festival Villette Sonique (75), Festival les Pépites Sonores (78), Festival File7 (77)


Photos par le label OYE








                

PONG



PONG


PONG est un mapping narratif qui fait se rencontrer les cultures numériques et l’univers du conte pour construire une histoire et la faire vivre à un large public.

En mariant une esthétique aussi abstraite qu’accessible et l’intemporalité du conte dans l’espace urbain, PONG invite à un voyage collectif à travers les imaginaires, loin des contes mappés très figuratifs.

Nous avons imaginé un projet qui permette au public de sefabriquer une histoire au-delà des mots sonorisés et des images projetées afin de mettre en marche l’imaginationactive et libre des spectateurs.Quand le mapping commence, un ballet de mots, de lumières et de nappes sonores se met en marche pourraconter une histoire : celle de la lune. Chaque médium se répond et se relaie dans la narration pour absorber les spectateurs dans le monde du conte.

En détournant aussi bien la tradition du conte que celle du mapping, PONG explore les nouvelles manières deraconter et d’écouter pour et par un large public, et dans l’espace public.


Vidéo du spectacle 

Spectacle de vidéo-mapping, durée 2:30 minutes ou 8 minutes.


Visuels: Simon Lazarus 84

Musique: Ioio

Plume & voix: Laetitia Troussel

2019: Fête des Lumières de Lyon (69)
A venir: Festival Constellations de Metz (57)



CONTES PROTEIFORMES


Raconter des histoires en jouant sur les formes et les objets en mouvement. Trouver dans les objets du quotidien des prétextes à illustration pour passer du banal à l’extraordinaire, avec la magie de l’économie de moyens. C’est le travail de la conteuse qui raconte, c’est aussi le travail de designers, artistes visuels et musiciens qui traduisent son récit. 

Un petit géant qui s’habille dans une décharge, un poissonnier qui lit l’avenir dans son étalage: les contes protéiformes ont pour héros de drôles de matières et notre imagination. Avec un boitier vibrant, on met en mouvement des lentilles, du charbon et des pâtes alphabet pour mimer des personnages. Avec un rétro-projecteur hacké, on habille l’espace de pensées sur rhodoïdes.


Contes: Laetitia Troussel

Vibrato (objets animés): Jean-Simon Roch

Ar Lumen (projection low tech): Tom Hébrard

Musique: Ioio, Alexandre Delaw-Rivière


2019: Banana Circus #2 (63), Banana Circus #3 (93)



Photos de Lucille Pellerin